Le château
Un peu d'Histoire...
Quelques seigneurs
Le château
La seigneurie
Quelques photos 1
Quelques photos 2
Quelques photos 3
Aux environs

Plan du château

Tentative de reconstitution

Evolution et architecture

Le château du Mont est délicat à analyser, ayant été modifié très régulièrement au fil des siècles. Le site sur lequel a été bâti le château est assez déconcertant, celui-ci étant érigé sur un terrain pentu, vulnérable sur les côtés Ouest et Nord. En revanche, la façade Est, installée presque en à-pic sur le rocher, domine le fond du vallon d’environ 10 à 15 mètres, et une dépression naturelle forme un fossé sur la face Sud.
Il semblerait qu’une première enceinte F E A G ait d’abord existé (au XIVe ?), celle-ci se caractérisant par des murs d’une épaisseur d’1 mètre. A la fin du XIVe siècle, on rajouta le bâtiment H D E F, qui fut en quelques sorte gagné sur la vallée, et probablement les deux tours carrées B et C à l’arrière du château (l’accès originel s’effectuant de ce côté). Au-delà, au nord, devait s’étendre une basse-cour comportant un ou deux bâtiments et – peut-être – le colombier. C’est au XVe siècle que le corps de logis principal, flanqué d’une tour ronde sur chaque face, fut érigé, alors qu’un bâtiment, remplacé par l’actuelle grange, fermait la cour à l’Ouest.
Le XVIe siècle vit la dégradation de certaines constructions, tandis que le bâtiment et la tour sur la vallée (F E D H) étaient dotés d’ouvertures pour le tir à l’arme à feu.
Au XVIIe siècle, une série d’importants travaux fut entreprise sur le château. Un bâtiment qui fermait la cour au sud, ruiné, fut détruit, et laissa la place au chemin d’entrée, qui se fit donc désormais par le Sud. On créa pour cela une sorte de digue permettant au chemin d’enjamber la dépression naturelle qui servait de fossé, ce qui forma à gauche une petite retenue d’eau. Une grange et une petite porcherie attenante furent reconstruites à l’Ouest. La tour carrée en B fut réaménagée en chapelle, tandis que le bâtiment sur la vallée était profondément modifié. De même, le corps de logis principal fut percé de grandes ouvertures sur sa façade Sud. C’est donc une réorganisation totale des bâtiments qui fut réalisée, probablement par Sylvain de Bridiers, et peut-être après par son fils Louis.
C’est au XVIIIe siècle que le château se dégrada très fortement, n’étant plus qu’un bâtiment de rapport. Un document du milieu du XVIIIe constate que certains bâtiments « menacent ruine », et le coup de grâce sera porté par la Révolution. En 1794, le commissaire Delalande, mandaté pour visiter les châteaux du district de La Châtre pouvant présenter un danger à l’ « ordre publique », préconisa la destruction de la tour d’angle (D) en raison des bouches à feu qui s’y trouvaient. C’est aussi dans la seconde moitié de ce siècle que la bâtiment sur la vallée, déjà découvert, fut abattu.
Le XIXe siècle vit enfin la disparition de la tour carrée de la chapelle.
******

Le château actuel se compose de deux bâtiments principaux. La grange est un imposant édifice du XVIIe siècle (environ 10 m sur 28 m), comportant des pierres de réemploi attestant l’existence d’une construction antérieure à cet emplacement, et notamment des linteaux de portes arrondis. Le bâtiment est prolongé par une petite construction, l’ancienne porcherie.
Le corps de logis principal est édifié sur une cave voûtée, partiellement taillée dans le roc. Ce logis, datant probablement de la première moitié du XVe siècle, est un rectangle de deux étages, mesurant 10 m sur 19m, et accosté sur ses deux faces par une tour circulaire. Celle du Sud contient la cage d’escalier, tandis que celle du Nord présente une petite pièce par étage, et deux latrines en bretèche. Les murs ont 1,80 m d’épaisseur. Chaque niveau comporte deux salles de tailles inégales, disposant chacune d’une vaste cheminée en pierre. L’ensemble est couvert par un haut toit de tuiles à deux versants, pour une hauteur totale de 23 mètres. Les deux pignons du bâtiment étant presque aveugle, et seulement percés par une petite fenêtre au niveau du grenier. La façade Nord a conservé ses petites fenêtres – à l’origine grillées – tandis que la façade Sud a été percée de larges ouvertures au rez-de-chaussée et au premier étage. L’accès, qui se faisant à l’origine par la tour d’escalier, se fait actuellement par une porte ouverte au XVIIe ou XVIIIe siècle, et protégée par un auvent. Enfin un petit appentis s’appuie sur le pignon Est du bâtiment.
Des prospections ont permis de mettre à jour les fondations du second corps de logis (correspondant aux caves), qui surplombait la vallée, et qui fut probablement détruit à la fin du XVIIIe siècle. Une tour d’angle ronde (D) a également été dégagée et restaurée. Il subsiste enfin les bases des deux tours quadrangulaires à l’arrière de l’enceinte, ainsi que le tracé des murs, qui délimite une enceinte carrée de 50 mètres de côté. Il ne reste en revanche plus aucune trace de la basse-cour, ni de certains bâtiments mentionnées jusqu’au XVIIIe siècle (colombier, grange, tuilerie…). Au milieu de la cour, un puits circulaire, partiellement taillé dans le roc, d’une profondeur de 11 mètres, alimentait le château en eau.

lechateaudumont
11/04/05