La seigneurie
Un peu d'Histoire...
Quelques seigneurs
Le château
La seigneurie
Quelques photos 1
Quelques photos 2
Quelques photos 3
Aux environs
La seigneurie du Mont se composait de plusieurs catégories de redevances et de droits :
Tout d’abord les terres, regroupées pour certaines en « mas », c’est-à-dire en un ensemble de champs d’un seul tenant. Elles sont d’abord, en 1385, divisées entre terres cultivées et terres en friches (les plus nombreuses), et c’est seulement leur superficie totale qui est indiquée. Au XVIIIe siècle, au contraire, les actes mesurent et nomment les prés en détail. On trouve aussi mentionnés un bois « de haute futaie » et un étang de Crebonne.
La seigneurie a comporté un certain nombre de serfs (famille Baronnet, Pierre de Pouzoult, Guillaume Pochat en 1385, Perrot du Poirier en 1501 et 1518, la famille Amartin, du Poirier, au XVIIe siècle…).
Les impôts consistaient en rentes dues contre le droit d’exploiter certaines terres, mais aussi en prélèvement en nature (poules…) sur des habitations. Le gros de ces revenus était constitué par les cens, payés par de nombreux individus ou familles, et consistant en boisseaux ou en setiers de blé, avoine, froment, et seigle. D’autre impôts pouvaient aussi être levés, telles les dîmes de Belfat, du Poirier et de Vijon, ou les boages de Sainte-Sévère (impôts sur les paires de bœufs). Ces impôts pouvaient parfois dépasser le cadre de la paroisse de Sazeray, et être levés dans les paroisses voisines de Sainte-Sévère, Pouligny-Notre-Dame, Tercillat, La Cellette, Vigoulan et Vijon.
Etaient rattachés à la seigneurie deux moulins : le moulin banal à blé du Mont (où les habitants des alentours étaient tenus de venir faire moudre leur grain), et le moulin à draps. Trois métairies dépendaient de la seigneurie : la métairie du Mont, aussi appelée métairie de la Porte, qui fournissait le château en aliments ; la métairie de Crebonne ; et la métairie de Pouzoult, qui fut détachée du Mont au XVIIIe siècle.
Le seigneur du Mont disposait enfin de certains droits honorifiques, comme d’un banc réservé en l’église de Sazeray, les droits de pêche et de chasse, ainsi que la disposition de certains espaces « publiques » (brandes de Crebonne…).
lechateaudumont
11/04/05